Les royaumes du Nord, Stéphane Melchior-Durand et Clément Oubrerie

Adaptation en bande-dessinée de l’œuvre de Philip Pullman, À la croisée des mondes, tome 1 : « Les royaumes du Nord ». Publié chez Gallimard Jeunesse en 2014.

DSCN8034

L’histoire :
Lyra, petite fille vive et pleine d’imagination, vit à Jordan College avec son ami Roger et son daemon (prononcer « démon ») Pantalaimon. Les événements commencent avec la disparition de Roger : elle décide de le retrouver coûte que coûte, en enfant têtue et aveuglée d’amitié qu’elle est.


Mon avis :
À la croisée des mondes, justement, Lyra tente d’assouvir sa volonté de retrouver son ami ainsi que sa curiosité face aux énigmes du Nord. Qu’est-ce que cette poussière dont tout le monde parle tant ? Dans quel but lui a-t-on transmis l’aléthiomètre, cet objet étrange et complexe qu’elle doit apprendre à déchiffrer par ses propres moyens ? Qui sont les Enfourneurs, qui ont d’ailleurs enlevé Roger ? Tant de questions auxquelles elle tente de trouver des éléments de réponses avec persévérance et courage du haut de ses 12 ans.
C’est donc avec brio que le premier tome de la série de Philip Pullman est adapté : les dessins et les dialogues sont complètement représentatifs de l’histoire (c’est le but me direz-vous, mais dans certains cas, je suis sûre que cela ne fonctionne pas).
On regrette cependant la brièveté de certains moments, coupés à vif par le format « BD ». Et c’est sans doute valable pour tous ceux qui, comme moi, ont lu les romans. On reste sur notre faim, on a envie d’en savoir plus, mais dans le cas d’une adaptation roman->BD n’est-ce pas le but ? Faire partager à différents lectorats une histoire magnifique, tout en donnant l’envie à certains d’en savoir plus et de lire la série de romans ? C’est la première adaptation de ce type que je lis et je ne suis pas déçue. D’autant plus que la série de Philip Pullman est une de mes préférées (dans mon « top trois »), d’où mon manque d’objectivité et, d’ailleurs, mon absence de critique sur le fond de l’histoire.

En bref, que de plaisir de retrouver Lyra et Pantalaimon dans leurs aventures, la poussière et tout le monde merveilleux de À la croisée des mondes.


Quatrième de couverture :
« Élevée par les vieilles barbes du Jordan College à Oxford, la jeune Lyra ne pense qu’à faire les quatre cents coups avec son ami Roger, le garçon des cuisines, et rêve secrètement de suivre son oncle, le ténébreux Lord Asriel, vers les royaumes du Nord. L’aventure la rattrape plus tôt que prévu, alors que Roger disparaît, probablement enlevé par les mystérieux Enfourneurs. »
Fauve d’Angoulême 2015 – Prix Jeunesse

Publicités