Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire (6)

  • Tome VI : « Ascenseur pour la peur », Lemony SnicketDSCN7488

Quatrième de couverture :
« Cher lecteur,
Si tu viens de prendre ce livre, un conseil: remets-le en place. Tout comme les précédents volumes des Désastreuses Aventures, il ne contient que désastres et calamités. De quoi nourrir les pires cauchemars, si bien qu’il serait plus prudent, pendant qu’il est encore temps, de choisir une autre lecture. Au cours de cet épisode, aussi vertigineux que sombre, Violette, Klaus et Prunille Baudelaire vont affronter tour à tour un escalier obscur, un souterrain obscur, un cagibi obscur, deux cages obscures, trois initiales obscures, quatre ou cinq trompe-l’œil et impostures, sans parler d’un repas tout au saumon, ni de divers autres poissons, vrais ou faux. J’ai fait serment, pour ma part, de relater ces durs moments, afin que le public n’ignore rien des épreuves endurées par ces trois enfants, mais libre à toi, cher lecteur, d’opter pour quelque chose de moins noir. Tu y gagneras sans doute de ne pas t’endormir les yeux rouges.
Avec mes sentiments respectueux,
Lemony Snicket »


L’histoire :
Les enfants Baudelaire se voient envoyés chez des amis très riches de leurs parents. Leur tuteur est Jérôme d’Eschemizerre, plutôt gentil mais très passsif. Ils se retrouvent donc dans une immense maison, encore à se demander quel va être le prochain coup du Comte Olaf, mais surtout comment vont-ils pouvoir retrouver les Beauxdraps.


Mon avis :
J’ai bien aimé ce tome, que je n’ai malheureusement pas pu dévorer comme les autres (mémoire oblige, d’où le silence sur ce blog).

Le portrait que tire l’auteur des bourgeois, enfin des gens riches, est hilarant. En effet, la femme du tuteur des Baudelaire, Esmé, est sans cesse à l’affut des choses in et out. Exemple : les enfants ont de la chance, ils arrivent chez eux et les orphelins sont in (ouf !) donc ils sont plus que bienvenus pour faire parti du nouvel attirail d’Esmé, pour être la plus in possible. Dommage pour eux par contre, car la lumière est out…Bref, j’ai trouvé ça rigolo, c’est tellement ridicule !
Petit mot sur Jérôme, leur nouveau tuteur : insupportable, tout autant que Mr Poe, car il n’aime pas les discussions. On enrage encore face à ces personnages passifs !

Parlons un peu des rebondissements, car même si l’histoire en soit n’est pas exceptionnelle – elle suit le schéma habituel : nouveau tuteur + Comte Olaf pas loin + Mr Poe inutile = Olaf s’enfuit – elle est riche en révélations.

(C’est à ce moment là qu’il faut arrêter de lire pour les personnes qui n’ont pas lu la saga !)

Esmé en complice d’Olaf ? Je dis oui, enfin ça sort un peu de l’ordinaire et tout se tient bien, fanatique comme elle l’est de ce qui est in on l’imagine bien ébloui par le charisme d’Olaf. En plus, comme elle s’enfuit avec lui, on va certainement la retrouver…
Ensuite, le subterfuge d’Olaf avec V.D.C. – le lot n°50 – était vraiment pas mal, pour une fois les enfants se sont trompés…

En bref, on retrouve ici un tome empli de révélations, et plus complexe au niveau de événements (ruses, inventions, situations) mais aussi des personnages, qui ne sont plus si ancré dans leur rôle. Je pense notamment à Jérôme, qui n’est pas « méchant » mais qui par sa passivité ne fait que renforcer le destin infortunés des Baudelaire.

Publicités

Une réflexion sur “Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire (6)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s