Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire (2)

  • Tome II « Le laboratoire aux serpents », Lemony SnicketDSCN7493

Quatrième de couverture :
 » Cher lecteur,
Si tu cherches une lecture gentille et amusante, désolé, je crains fort que tu n’aies pas pris le bon livre. Le récit que voici paraît drôle au début, quand les enfants Baudelaire se retrouvent en compagnie de serpents fascinants et d’un oncle fantaisiste. Mais ce début est trompeur. Pour qui connaît déjà les orphelins Baudelaire, il est bien clair qu’avec eux même les moments heureux débouchent sur les pires catastrophes. C’est bien simple : dans le présent volume, les trois enfants affrontent une odeur détestable, un terrible accident de voiture, un serpent au venin mortel, un coutelas pointu, un cadenas rétif et le retour d’une personne qu’ils espéraient ne jamais revoir. Il est de mon devoir de relater ces tragiques événements mais libre à toi, cher lecteur, de remettre ce livre sur l’étagère et de chercher quelque chose de plus gai.
Avec mes sentiments respectueux,
Lemony Snicket »


L’histoire :
Les orphelins ont réussi à démasquer le comte Olaf, et se voient donc envoyés chez leur oncle Monty, herpétologiste, possédant d’ailleurs une impressionnante collection de serpents. Ils goûtent enfin un peu au bonheur, mais comme toujours cela est de courte durée…


Mon avis :
J’ai encore dévoré ce roman, le style de l’auteur est de plus en plus appréciable : il va droit au but et ne nous laisse presque jamais espérer le bonheur pour les Baudelaire. Et, encore une fois dans ce tome, les enfants ont du mal à se faire entendre et surtout les adultes ont du mal à les croire, ils sont donc obligé de faire de plus en plus preuve d’ingéniosité et se montrent pleins de ressources !
L’histoire du laboratoire aux serpents est tout aussi sympathique que farfelue, et Prunille devient un personnage qui a un peu plus de place (et de mots, dont son premier d’ailleurs « bri-yan » !). Cependant, on se rend vraiment compte de l’horrible cruauté et de l’extrême cupidité du comte Olaf qui est réellement prêt à tout pour obtenir la fortune des enfants.

PS: les illustrations sont de plus en plus agréables.

Publicités

Une réflexion sur “Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire (2)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s