Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire (1)

  • Tome I « Tout commence mal… », Lemony SnicketDSCN7491

Quatrième de couverture :
« Cher lecteur,
Je regrette fort de devoir le dire, mais le livre que voici ne contient rien de plaisant. Il raconte l’histoire de trois enfants qui ont toutes les déveines et collectionnent les calamités. Dans ce seul volume, ils vont affronter un sinistre personnage, de hideux habits qui grattent, un épouvantable incendie, un complot pour dérober leur héritage et de la bouillie froide au petit déjeuner. Pour ma part, je me suis fait un devoir de relater ces funestes épisodes, mais rien ne t’interdit, cher lecteur, de remettre ce livre où tu l’as pris et d’en choisir un plus joyeux.
Avec mes sentiments respectueux,
Lemony Snicket »

Paru aux éditions Nathan, 188 p.


L’histoire :
L’horrible histoire est celle des trois orphelins, Violette, Klaus et Prunille dont les parents ont péri dans un incendie ravageant toute leur maison. Je dis horrible, mais je pourrais dire infortunée, malheureuse, triste, pénible, malchanceuse, pauvre, misérable, etc. En effet, le premier tome porte bien son nom Tout commence mal pour nos trois personnages. Il se voient confiés au Comte Olaf, un grossier personnage qui est aussi un parent éloigné. Ce dernier va tenter par tous les moyens de mettre la main sur la fortune que les enfants recevront en héritage de leurs défunts parents, lorsque Violette aura 18 ans.


Mon avis :
Malgré la réelle tristesse de la situation (quand on y réfléchi, c’est juste horrible tout ce qui leur arrive !), on réussi à ne pas être abattu par la succession de malheurs qui touchent les trois orphelins. D’ailleurs, ce sont sans doute les multiples avertissements de l’auteur sur le caractère maudit et désespéré de l’histoire qui font que l’on s’attache aux personnages – et qu’on ne les plaint pas tellement soit dit en passant – et surtout, plus il insiste sur le côté tragique, plus on a espoir que cela se finisse bien pour eux. Et de là notre envie de lire, lire, afin de savoir si enfin, ils trouveront le bonheur.

NB : Ce que j’ai trouvé très chouette aussi, c’est qu’à l’emploi d’un mot un peu « compliqué » pour les enfants de 10 ans et quelques (l’âge conseillé pour lire la saga), l’auteur le faisait suivre d’une définition qui n’avait pas l’apparence d’une définition, mais plutôt d’un autrement dit.

En bref, j’ai dévoré ce premier tome (lu en quelques heures, enfin c’est écrit gros quand même) qui est facile à lire, mettant en scène des personnages attachants, pleins de vie et de ressources, et surtout, maudits malgré eux.

Publicités

2 réflexions sur “Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire (1)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s